Langoureux

Certains matins sont plus improbables que d’autres, ce matin là devait marquer la fin de ma réconciliation avec moi même. Je devais quitter ma petite famille pour une journée totalement folle et véritablement plaisante. Mais ça, je le découvrirai au fil des heures. Matinale pour un jour de vacances, juste après les fêtes de Noël, je me dirigeais vers la gare.

Lors de notre première rencontre dans notre jolie capitale, nous avions discrètement fait connaissance, laissant nos pieds délicieusement se frôler sous la table. Le coeur battant, j’avais avoué rapidement mon attirance à Camille qui m’accompagnait pour un week-end libertin en solo. Epuisée par une longue et joyeuse nuit, j’étais trop fatiguée pour sortir, nous nous quittâmes donc dans un au revoir. Moi avide d’un baiser qui ne viendrai jamais et toi trop timide pour faire le premier pas.

Le temps était venu de nous rencontrer, dans un tête à tête éloigné de Paris. Par ces temps glacials, j’avais choisi une robe, une paire de collants chauds et mon indémodable cache-col en laine. J’atteignais la gare avec un sourire non dissimulé. T’embrasser ou pas, oser frôler tes lèvres des miennes, te goûter délicatement ou avidement ? Des images gourmandes troublaient mon esprit, j’avais hâte de savoir, alors je me précipitais dans le hall de la gare. Tu étais là, au milieu du hall de gare, les yeux rivés sur ton téléphone, très certainement, en train de prévenir ta moitié de ton arrivée dans ma petite ville.

Ce baiser, je le désirais tout comme toi. Tes délicieuses lèvres plaquées contre les miennes furent à la fois douces et sucrées. J’adorai ce baiser qui en appelait un autre, ces mains qui glissaient le long de mon bras. Encore! J’en voulais encore, et j’en aurais encore tout le long de cet après midi: dans cette petite ruelle à l’abri des regards, plaquée contre ton torse, nue entre tes mains haletante sous tes doigts agiles.

Nombreux furent les instants d’extases, les repos langoureux. Cette journée fut orgasmique et tellement plaisante, qu’elle en demande une autre comme tes baisers. A bientôt.

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *