Soirée Intense et nuit étoilée.

Ce soir là, au lieu de partager la soirée avec un amant, j’avais décidé de la partager avec deux amants. Je ne les vois malheureusement pas souvent et au détour d’une conversation, je me suis laissée prendre au jeu. Deux hommes libertins adorables rien que pour moi, comment pouvais-je refuser?
Mon mari m’ayant donné sa complète bénédiction, la veille du départ, j’avais préparé mon sac de libertine et le lendemain, je suis partie en direction de Paris juste après le travail. Jusque là, je n’avais aucune idée de l’endroit où je passerai la soirée. Puis au fil des discussions avec mes complices, j’ai découvert que je profiterai une magnifique chambre dans l’hôtel Vice Versa Chambre Orgueil.
Excitée comme une puce, je trépignais sur le quai du métro. Je devais rejoindre le premier à Opéra, puis nous regagnerions l’hôtel pour y retrouver notre deuxième complice. J’adore ce genre de rendez-vous. J’ai souvent l’impression d’avoir 15 ans, et ce n’est pas pour me déplaire. Quelques minutes après le dernier message au groupe, me voici quai Opéra cherchant mon guide du regard. Un sourire, un premier baiser et nous voici sur la route de l’hôtel.
Vingt minutes après, nous apercevions ce splendide hôtel. Nous sommes rapidement montés à l’étage, attentifs à ne pas toquer à la mauvaise porte qui s’est ouverte pour laisser place au sourire de notre compagnon. Les baisers coquins ont rapidement remplacé un joyeux bonjour. Je me suis vite éclipsée pour me changer. La tenue de travail n’étant pas la plus excitante, j’avais vraiment besoin de me rafraichir. J’ai rapidement enfilé mes bas, choisi mon haut préféré ouvert dans le dos, et mis une petite jupe facile à descendre.
Puis, très vite nos corps se sont collés. Nos langues se sont liées. Nous avions délibérément faim de nous. Mes deux amants exhalaient un délicieux parfum, j’ai profité de ma petite taille pour respirer leur peau à plusieurs reprise. Quel bonheur de sentir leurs mains s’attarder sur chaque partie de mon corps. Mes épaules furent croquées, mes seins léchés, puis plus tard, mon sexe adoré. Plus audacieux l’un que l’autre, leur complicité a rendu ces moments d’une fluidité sans pareil. Je ne devais pas délaisser l’un pour l’autre et j’ai apprécié d’avoir deux mains à défaut de deux bouches pour honorer simultanément ces deux messieurs. J’ai ensuite pris le temps de laisser leur vit glisser entre mes lèvres humides en alternance. Ce trio s’annonçait chaud et bien rythmé.
Après les premières caresses, les premiers soupirs, l’un deux à sorti ses cordes. J’avoue que j’étais aux anges. J’attendais ce moment avec impatience. Je n’avais pas été attachée depuis longtemps et c’est un vrai plaisir pour moi. Je n’avais, alors, pas imaginé que mes deux complices en auraient profité pour utiliser et jouer avec leur captive. Je suis d’une grande naïveté. Mais une fois renversée la tête contre le matelas, il n’y avait plus de doute, mon cul allait devenir leur cible favorite. Cette fois, c’est eux qui avaient le sourire. Le martinet claquait mon cul  préalablement rougi par la fessée. De son côté, mon encordeur attentif à mes réactions, surveillait la chaleur de mes mains avec attention. J’étais bien entourée, et je passais une soirée magique.
Quelques heures plus tard, épuisés, heureux, souriants et prêts à réitérer notre exploit après avoir pris des forces, nous avons décidé d’aller diner dans un petit restaurant Indien. Bien entendu, nous ne sommes pas descendus tous les trois en même temps pour ne pas éveiller les soupçons de la réceptionniste. Et c’est en retirant mon manteau que j’ai pris conscience que j’avais encore les marques des cordes sur mes bras. Nous avons donc dîné dans les rires et les oeillades peu sages.
Puis notre soirée libertine a repris son court avec autant de fougue. Plus détendue, les orgasmes se succédèrent avec plus de fluidité. A mon tour, j’ai joué avec le plaisir de l’un des deux libertins qui faisaient mon bonheur. Attentive à son souffle, à ses soupirs, son vit fermement en main, j’ai longuement joué avec lui. J’adore ces moments, où la soumise change de camp et décèle ce qui fera exploser de bonheur l’homme qui la fessait juste avant. Les mains couvertes de lubrifiant, je voyais son membre disparaitre dans ma paume à mesure que son plaisir augmentait. Puis, je me suis tournée vers le spectateur de ce délicieux moment. Décidément, il n’était pas question de le laisser de côté. Il a très vite compris, et quelques minutes plus tard, il se trouvait tout à fait dans mon dos pour une levrette endiablée. Celle qui m’avait laissée un si bon souvenir lors de notre première rencontre.

L’heure avançant et la fatigue se faisant sentir, il a regagné son foyer, nous laissant épuisés prêts à nous endormir. Mais, c’était sans compter l’appétit de mon deuxième compagnon libertin. Je crois qu’il a obtenu le dernier orgasme de la soirée. Mon corps épuisé n’en pouvait plus de toutes ces délicieuses attentions.

Le lendemain, j’ai profité d’une petite douche pour prendre quelques photos du joli endroit spectateur de notre débauche.

Merci à vous deux 🙂

 

img_4556

 

fullsizerender

 

img_4553

 

Me Myself and You.

img_4550

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *