Rêverie.

Nous nous serions donnés rendez vous au coin d’une rue.
Il ferait terriblement froid dans cette nuit noire.
Et, j’aurai tellement envie de me lover dans tes bras.
L’attente me semblerait interminable.

Je guetterais chaque pas,
À ta vue, mon coeur s’emballerait.
Il ne faudrait que quelques secondes pour te rejoindre,
souder mes lèvres aux tiennes, glisser mes mains le long de ton torse.

Les mots seraient inutiles, les gestes, les frissons, parleraient deux mêmes.
Avides de nos corps, nous nous enfuirions dans ce petit hôtel sans luxe
que nous remplirions de la chaleur de nos corps.

Timides ou violemment révoltés contre l’attente,
brûlants de nous découvrir,
nous arracherions d’un geste ces masques de corps,
.
Nous nous aimerions des heures, entrecoupées de baisers tendres, de caresses du bout des doigts.

 Cette rêverie d’un soir n’en sera peut être plus une demain, qui sait …

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *