Une soirée chez Cris et Chuchotements (C&C)

Quand une sortie avec une amie passe en une heure d’une soirée à Rouen à une soirée parisienne, il n’y a qu’un pas.

Je sors de temps en temps avec mon mari mais cette fois, il s’agissait d’une soirée filles, celle qui mettrait fin à cette belle année kinky 2017. Nous nous sommes décidées en quelques heures sous le coup de l’envie et de l’excitation.
Après quelques coups de fils, quelques tentatives de prises de contact, nous voici d’accord sur l’horaire: départ 17h15 après mon rdv d’ostéopathe, arrivée prévue 19h à Paris. Je prévoyais d’être à peu près sage comme E.
Evidemment, nous nous sommes racontées nos vies sur le trajet, puis, aux portes du quartier du Marais, nous nous sommes ébahies devant les décorations de Noël. Fabuleux, je crois que c’est l’adjectif que nous avons retenu pour tout décrire.

Quelques minutes après, je me retrouvais attachée à une croix de Saint André sous le joug du martinet et d’une sorte de fouet maniés par ma complice. Un petit échauffement, avant de découvrir la chaleur des bougies sur mon dos, puis la morsure d’un fouet dont je n’ai jamais vu l’aspect installée sur un cheval d’arçon. Le seul souvenir qui me reste est la morsure de chacun de ses coups et ma volonté de tenir le plus longtemps possible. Je crois qu’il s’agissait du thème de la soirée: la volonté de tenir.
Après quelques jeux, finalement plutôt sages, nous avons changé de lieu. J’avais reçu dans l’après midi un mail de C&C proposant une soirée XXL pour la fin de l’année. Je ne connaissais le club que de renommée et j’avais hésité à en parler à mon amie. Comme la soirée s’offrait à nous, nous avons pris congés de notre hôte pour filer de rechef dans ce club SM qui promettait une très belle fin de soirée. Il faut imaginer les étoiles qui brillaient dans les yeux de ma compagne.
Nous voici donc reparties, souriantes, tout à fait heureuses de notre cheminement en tenue légère et talons hauts dans Paris.

Arrivée devant la porte de Cris et Chuchottement, nous étions tout de même un peu inquiètes. Qui se cachait derrière ces portes? Y aurait-il des joueurs ou des joueuses ? Trouverions nous quelques Dominants prêts à partager un moment avec nous ?
Nous allions avoir très rapidement les réponses à nos questions. Pascal le gérant nous a accueilli avec beaucoup de bienveillance et nous a mis à l’aise tout de suite. Une fois nos vêtements posés à l’accueil, il nous a demandé d’attendre en bas afin qu’il nous fasse visiter le lieu.
Nous l’avons donc sagement attendu dans la pièce principale jetant quelques regards autour de nous essayant de deviner qui pouvait Dominer et qui se soumettait. E.-amoureuse des cordes-  a immédiatement repéré les points de suspension au nombre de 6 ou 8. Puis, angoissée, elle m’a demandé si je pouvais m’asseoir à ses pieds, proposition que j’ai refusée pour lui permettre de jouer librement à son tout sans avoir d’étiquette. Pascal nous a rejoint et nous a fait visiter le club. La première pièce en haut à immédiatement attiré l’attention d’E. Une magnifique roue en bois avec des fixations pour les poignets et les chevilles trônait contre le mur. Les jeux pouvaient y être multiples. Vu son regard brillant, je savais qu’elle y passerait un certain temps. Nous avons poursuivi la visite laissant à regrets un soumis aux mains de Maitre H et de sa Domina. Puis nous nous sommes dirigés vert une petite bibliothèque prévue pour les séances d’éducation à l’anglaise qui jouxtait une autre petite pièce habitée par un cheval d’arçon qui me rappelait où je me trouvais une heure plus tôt, et enfin, une dernière salle pour des jeux médicaux. La visite s’est poursuivie au rez de chaussée. Une seconde croix de Saint André permettait quelques jeux de fouets. A ce moment là, j’ai compris que la soirée serait vraiment étoilée.
Nous avons retrouvé un homme fort sympathique visiblement connu du gérant qui nous proposa assez rapidement un jeu de martinets. E. s’y attela certaine de la fiabilité du Dominant et elle avait clairement raison. J’ai assisté à un magnifique spectacle, la béatitude dans la douleur tout à fait mesurée et dosée. Attentive à ses réactions et à l’expression de son visage, nous avons eu le réflexe de ralentir le jeu au même moment. Nous avons apprécié les mots du flagéleur à mon attention « vous êtes très protectrice ». Oui, c’était le contrat de la soirée. Ne pas jouer en même temps et rester attentive à l’une ou à l’autre. J’ai été invitée à prendre la prendre sa place en toute confiance et j’ai également eu le plaisir de goûter au savoir faire de notre accompagnant.
Très rapidement, le gérant du club a proposé à mon amie de se diriger vers la salle tant convoitée. Je l’ai retrouvée, les yeux brillants d’envie, impatiente de se faire attachée et de se retrouver la tête en bas. Les quelques minutes d’attente lui parurent une éternité, elle m’amusait beaucoup, comme les autres personnes qui s’étaient arrêter pour admirer le spectacle. J’ai regretté de ne pas pouvoir la prendre en photo. Ce qu’elle était belle ainsi installée, l’homme qui jouait avec elle était tout à fait adroit, une première fessée pour tester sa résistance et son code d’alerte, puis, les coups plurent doucement au départ puis claquèrent plus sèchement autour d’elle. Bien entendu, elle avait demandé au préalable d’éviter d’impacter quelques parties de son corps. Leur publique était aux abois. le spectacle magique. La roue tournait par saccade tantôt tête en l’air, tantôt sur le côté, tantôt en bas. J’étais impressionnée par la maitrise de l’objet et la résistance de ma complice.
Comme elle ne souhaitait pas descendre toujours souriante et badine, une autre soumise est montée derrière elle, elles furent fouettées à l’unisson. Les deux femmes devaient compter dès qu’elles recevaient un coup. La précision du fouetteur fut telle qu’aucune des deux jeunes femmes ne fut épargnée.

Je crois que ce fut le plus beau moment de jeu d’impacts auquel j’ai assisté jusqu’à présent. Heureuses et épanouies, nous sommes rentrées dans notre ville sous une pluie battante nous promettant de recommencer.

Merci aux Dominas, Maitresses, Maitres, Dominants, soumises, soumis que nous avons rencontrés ce soir là et qui ont fait preuve de bonne humeur et leur bienveillance toute la soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *