« Tu pues le sexe ! »

-« Tu pues le sexe ! » me dit-il en se glissant entre mes cuisses.

Je transpire le sexe, le sexe coule dans les veines, tout mon corps exhale ce désir de baise. J’imagine des mains me déshabiller, me mettre à nue petit à petit, m’effeuiller, m’effleurer, me caresser lentement puis de façon plus appuyée, plus brutale.
Je sens les liens me serrer douloureusement.

Je pue le sexe et j’en suis totalement avide. La promiscuité me rend salope, chatte et chienne.

Je suis animale, il le sait, je lui ai dit à lui aussi, je vous le dis à vous, je vous le murmure à l’oreille, comme vous pourriez me murmurer vos propos orduriers aux miennes. Ces petits mots qui me font décoller aussi vite qu’intensément.

Mes fantasmes me poursuivent la nuit. Au matin, je me réveille brûlante, mouillée, chaude, là, entre mes cuisses de femelle. Je ferme les yeux et me plonge à nouveau dans le sommeil en quête de ces sensations carnassières qui me dévorent petit à petit.

Je pue le sexe.

Ces mains me pénètrent de bout en bout, pas une parcelle de mon corps n’est oubliée. Pas de répit. Mes seins sont pétris, sucés, meurtris; ma nuque est mordue, mon dos griffée, mes cuisses érafflées, mon sexe puis mon cul pris.
Je ne m’appartiens plus, je ne veux plus m’appartenir…

Je pue le sexe. Et vous ?

2 commentaires sur “« Tu pues le sexe ! »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.