Mélancolie.

Je suis une libertine épanouie dans [ses] bras.
J’aime être avec lui,
J’aime quand il me baise,
Alors, je suis à lui,
J’aime me réveiller à ses côtés.

Mais une fois par an, j’ai cette poussée d’angoisse,
l’envie de plus, l’envie d’absolu,
sans pouvoir définir cet absolu.
Je laisse alors mon esprit divaguer,
je me laisse doucement envahir par la peur,
l’angoisse, le vide.

Je suis, alors, une amoureuse en fusion,
entière, qui s’apaise petit à petit,
mais qui aura toujours peur de ne plus aimer,
de ne plus l’aimer.

 

3226950765_1_10_tTpM6R9x

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *