Les Chandelles

J’en ai rêvé longtemps en me disant que je n’avais rien à y faire, et je n’ai jamais essayé d’en pousser la porte jusqu’à ce que deux libertins me proposent de me chaperonner. J’avoue que j’ai hésité un moment. J’en ai longuement parlé avec des copines libertines, et finalement, j’ai accepté. Pour moi, les Chandelles sont le summum du glamour libertin. Le Club recherché pour sa clientèle respectueuse, pour le cadre sexy, pour l’ambiance libertine et libérée. Pourtant, j’en avais eu une description qui m’avait un peu angoissée d’hommes pressants tant dans les gestes que dans les paroles d’où mon recul premier le jour de cette proposition, j’ai envie de me faire mon propre avis, je décide donc d’y aller.
Me en partance pour Paris, rue Sainte Thérèse, avec mon petit sac marron de toutes les sorties libertines et poly. Dedans, j’y range une lingerie noire simple mais efficace que j’aime particulièrement: un porte-jarretelles Cervin qui met en valeur mes fesses dénudées, une lingerie noire Chantal Thomas assortie, et une petite robe noire. J’ai prévu des préservatifs, mon lubrifiant favori et une paire d’escarpins à talons pour l’occasion.
Si vous venez aux Chandelles en soirée, sachez que les femmes y sont sexys, glamours et portent de jolies chaussures à talons. Les soirées sont à la hauteur de l’exigence de Valérie, la gérante des Chandelles en soirée.
Cette fois, j’y vais en après midi, j’aurai moins de soucis pour y rentrer, la sélection de la clientèle féminine me semble moins stricte, mais la clientèle masculine est toujours aussi importante, j’avoue que je suis rassurée.

J’ai rdv avec Fref Goormand près de l’entrée du club pendant que Camille Miss Dactari cherche à se garer tout près pour participer au Déjeuner Scandaleux qui précède l’After Work Coquin. Nous entrons sans soucis, l’accueil est chaleureux et très poli. Les femmes sont traitées avec beaucoup de déférence de la part du gérant. J’apprécie beaucoup ses manières et je suis mise à l’aise de suite. Rapidement, je suis invitée à me changer dans un petit vestiaire et naturellement, je ferme le rideau de la petite cabine qui m’est proposée quand j’entends la voix de l’amie de mon chaperon. Je me sens un peu ridicule de me cacher, j’ouvre le rideau aussi sec et je salue celle qui sera ma seconde complice de cette folle journée.
Une fois changée, je découvre le club qui est à la fois petit et pourtant un vrai dédale de couloirs et d’escaliers. Je situe rapidement les wc, je croise un des serveurs du restaurant tout aussi joyeux que le gérant et je me dirige vers la salle de restaurant. De suite, je me rends compte que les libertines qui y mangent sont plus familières des coutumes du lieu. Je mesure mieux les paroles de Camille quand elle parlait: « du moment ou chacune peut se vêtir comme elle le souhaite ». Les femmes qui défilent devant mes yeux gourmands sont vêtues de corsets, de robes plus sexy les unes que les autres. Un vrai ravissement pour les yeux, immédiatement, je pense à une prochaine visite et surtout à une tenue plus libertine si je me sens capable de l’assumer. J’aime de suite l’ambiance, je suis ravie. Nous déjeunerons très bien, les mets sont fins et véritablement à mon goût. Les libertines comme les libertins sont très polis, agréables et ils communiquent facilement. Je suis accueillie avec le sourire. Mon chaperon est au anges, il se retrouve à table avec trois femmes, que demander de mieux.

Fin du déjeuner, nous repassons aux vestiaires, je me munis de mon petit matériel habituel, et la femme qui a partager le repas avec nous me donne très naturellement ses préservatifs quand elle voit la marque des miens. Je suis très étonnée, et j’apprécie clairement le geste. Nous bavardons 5 mn, et nous sommes priées de descendre, le gérant doit se rendre au rez-de-chaussée pour la gestion du bar niveau piste de danse. Nous filons en riant, le temps est à la détente, la luxure et les orgasmes.
Les coins câlins sont tout à fait à la hauteur de ce que je pouvais attendre. La musique sur la piste de danse n’est pas trop forte et nous ne l’entendons plus une fois arrivés dans les coins câlins. La lumière y est douce et basse, les matelas sont protégés d’un tissus rouge pourpre très doux, les coussins sont assortis. Les coins sont adaptés aux différents jeux sexuels (trio, duo, échangisme, jeux pluriels…). Certains coins sont plus ouverts que d’autres ce qui me permet de jouir de la jouissance des autres. Je profite pour exercer mon petit côté voyeur pendant que mon complice se préoccupe de mon plaisir. En aucun, cas je n’ai été ennuyée par un couple, une femme ou un homme seul. Le « non merci », quand il a été prononcé a clairement été respecté tout comme le « oui, volontiers 🙂 ». J’ai beaucoup apprécié la pénombre qui rend le sexe plus doux même quand il s’agit de pratique plus plurielle et d’un autre côté, j’aurai aimé voir plus parfois. L’ambiance y est tellement feutrée qu’il s’agit d’être à l’écoute des souffles et d’avoir un peu d’imagination pour se projeter dans l’érotisme qui se dégage de ce lieu.

Comme dans tous les clubs que j’ai fréquenté, j’ai pu aller aux wc seule sans entendre une seule remarque, au contraire, les habitués m’ont indiqué de suite les commodités alors que je me perdais. Pas une parole déplacée, bien au contraire, je me suis sentie très à l’aise. Cette remarque peut paraître idiote mais je n’avais pas reçu le même ressenti d’autres libertines. Autant dire que mon avis est plus que positif. Je suis aussi agréablement surprise par les couples qui se sont formés et les jeux qui se sont déroulés. J’imaginais uniquement des gang bangs alors qu’il y avait beaucoup de trios. J’ai aussi remarqué que les libertin-e-s se disent tout haut exactement ce qu’ils veulent, ce qui évite les déconvenues et les mal-entendus qu’il peut y avoir dans d’autres clubs. Et globalement, personne ne se retient de jouir, le doux chant des vocalises orgasmique m’a bercé une bonne partie de la journée.
Je suis ravie, nous sommes en fin d’après midi, je suis juste épanouie, épuisée physiquement, ravie de ma sortie. Je reprends le train direction ma Normandie et mon mari pour lui raconter cette épopée et faire l’amour comme jamais, moi semi-épuisée, lui très excité malgrè un rdv dentaire fort douloureux.

 

Photo tirée du site Les Chandelles.
Il n’en n’existe que très peu, le mystère reste entier concernant
l’intérieur de ce club ce qui le rend aussi mystérieux que sexy.

medaillon12

 

 

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *