Les relations plurielles: bases.

Les relations plurielles bien gérées fonctionnent très bien. J’en ai vécu des très agréables, des légères et pas que dans le BDSM.
Mais elles demandent du temps, de la patience et de l’énergie pour tous les partenaires. Tout ne se met pas en place du jour au lendemain. C’est totalement utopique d’y penser.
Je vais donc vous donner un petit mode d’emploi pratique pour vous aider à mettre en place les choses.

  • mettez en place une sécurité affective avec la première personne. Ne vous lancez pas bille en tête sans y penser. Sachez que plus cette sécurité affective sera mise en place et stabilisée plus l’arrivée de la nouvelle personne se fera facilement.
    C’est un peu comme l’arrivée d’un enfant dans une fratrie. Vous aurez naturellement au moins 10 mois avant de présenter le nouveau bébé à l’ainé. Bien sûr c’est un exemple. Mais si vous ne voulez pas faire face à une mega crise de jalousie de la part de l’ainé, je vous conseille de bien jalonner les choses. Et même s’il vous a affirmé que vous pouviez vous lancer.
    On réfléchit parfois trop tard aux conséquences des ses actes.
  • organisez votre temps et ne faites pas le mort. Faire le mort est la meilleur façon d’alerter votre première relation. Comme son imagination est sans borne, elle aura vite fait de s’imaginer des tas de choses, peut-être fausses mais souvent vraies. Prévenez là que ce soir vous serez avec votre autre partenaire et inversez de temps en temps. Prenez du temps pour vous aussi, il ne s’agit pas de s’épuiser.
  • prévoyez des moments hors du temps, loin de votre téléphone, relancez la flamme qui peut s’éteindre par manque de présence et par manque de temps. Nous sommes humaines, des relations ce sont comme de jolies plantes, il faut les choyer pour les voir fleurir et refleurir.
  • rassurez vos compagnons ou compagnes. Il suffit parfois de quelques mots, mais d’autres fois, il faudra plus pour qu’elles/ils retrouvent leur place à vos côtés.
  • rappelez vous que le manque d’autrui est cruel. Passez de conversations à bâtons rompus à quelques SMS par jour est une vraie cassure (en tout cas, c’est mon cas). À vous d’équilibrer au mieux.
  • soyez honnête avec vous-même, et cessez de penser que votre partenaire qui vit peut-être en famille trouvera bien autre chose à faire le soir que de partager des discussions avec vous. Le « tu me manques » est bien une première alarme et pas des moindres.

L’équilibre de bien-être dans les relations plurielles est vraiment subtil. Si vous ne vous sentez pas capables d’assumer, cessez-les. Si vous en souffrez trop, informez vos partenaires, re-cadrez les choses. Faites une pause, prenez un souffle d’oxygène et revenez peut-être un peu plus tard, mais ne vous enlisez pas dans la douleur affective.
Surtout soyez honnêtes envers vous mêmes. Mettre un terme à une relation quelque soit n’est pas un échec juste une manière de se protéger.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *