Quand on tourne la page…

Libertine, libertin, libertinage, libertiner: 

Faire fi des convenances, assumer ses propres pensées et profiter des opportunités de la vie et notamment sexuelles.

Lorsque j’ai mis le pied dans le monde libertin, j’y ai repris confiance en moi, j’y ai rencontré de nombreuses personnes très agréables et passionnantes, j’ai retrouvé ma place de femme dans mon foyer, j’ai eu à nouveau envie de plaire, de séduire, de faire l’amour, de découvrir des corps et des âmes nouvelles.
Je suis partie du principe que je ne risquais rien d’autre qu’un rhume en sortant des saunas parce que je me protégeais sexuellement et que je faisais très attention à moi, je me protégeais systématiquement. Globalement, je sortais avec des personnes de confiance, d’ailleurs, je suis une personne très confiante en mes pairs.
Je suis également partie du principe que je ne prenais pas plus de risques à sucer un inconnu qu’à traverser une route. Bref, le risque sanitaire me semblait clairement minime. D’autant que je me testais très régulièrement.

Puis, très vite, s’est imposé à moi le problème de l’inconnu. J’ai très vite compris que le libertinage de masse ne me convenait pas, que j’avais besoin de connaitre mes partenaires de jeux et d’avoir des affinités avec eux. J’ai réduit mes sorties, je me suis restreinte à des relations plus ou moins suivies et j’ai fini par doucement quitter ce monde.

Suis-je toujours libertine ?
Je pense que oui, mais pas au sens sexuel du terme. Je suis libertaire dans le sens où j’emmerde les conventions sociales. Je vis ma vie telle que je l’entends, je m’interroge moins sur le regard des autres. Je comprends mieux les milieux alternatifs, les sexualités qui sortent des sentiers battus et j’avoue que je ne suis plus choquée par grand chose. J’admets qu’on puisse aimer d’autres pratiques, qu’on puisse fantasmer sur des terrains totalement déviants, j’ai acquis une certaine CULture. En ça, je suis certaine que le monde libertin m’a vraiment ouvert des portes jusque là inconnues.

Pourquoi tourner la page ?
La première est une prise de conscience concernant  la prise de risque des MST et autres joyeusetés. Après avoir supporté et dû:

  • traité plusieurs mycoses déclenchées par les traitements des eaux des saunas.
  • soulagé mes eux brûlants parce que la chloramine les attaquait en fin de soirée fans ces mêmes saunas.
  • traiter une violente mycose buccale: sucer sans préservatif n’est pas sans conséquence quand la copine du partenaire à elle même une infection… Je vous laisse imaginer le drame.

Les copines libertines vous diront qu’elles utilisent fréquemment des ovules en sortant des saunas. mais aucun libertin ne vous parlera de tous ces petits désagréments qui vous pourrissent la vie. Dites vous bien que le risque 0 n’existe pas. Et les clubs secs ? Bien, c’est pareil, une partouze étant une partouze: à 10 sur un lit, il est évident que chacun des libertins et des libertines ne se désinfectent pas les mains en permanence. Et si vous êtes sensibles, c’est tant pis pour vous.

La seconde est une prise de conscience au rapport au corps. Autant, je pouvais avoir confiance en moi les premiers années, autant cette confiance s’est étiolée au fur et à mesure du temps. Puis j’ai changé physiquement, j’ai pris du poids, j’ai reperdu mes repères, je me suis lassée, fatiguée. J’ai eu le sentiment de n’être qu’une personne parmi tant d’autres, une sorte de proie pour l’orgasme d’un soir. Un trou à remplir… J’ai perdu l’envie de m’offrir. J’ai souhaité me recentrer sur une personne, un amant que j’aurai pu partager. Puis, j’en ai conclu que j’avais suffisamment joué et qu’il était temps de passer à autre chose.

Qu’en est-il de la libertine?
Elle sommeille en moi. mais elle n’est plus dans le mouvement des sorties libertines entre copains. Elle a laissé place à une femme qui s’épanouit dans le BDSM. J’ai retrouvé mon corps après quelques mois de bataille. Je le réapprivoise petit à petit au travers des cordes. L’image qu’il me renvoie me semble plus juste et plus justifiée qu’avant.
Être libertine n’est pas nécessairement avoir une sexualité libérée, mais surtout une ouverture d’esprit et une liberté de pensée propre à soi-même. C’est aussi pour cette raison que je garde le titre de ce blog à l’identique.

Cette année 2017 aura été vraiment été marquée par de grands changements ;), et pour vous ?

8 commentaires sur “Quand on tourne la page…”

  1. J’aime beaucoup ce texte , nous pouvons y percevoir tout le cheminement que tu as vécu pour avoir cette analyse et ce recule sur cette vie de libertinage sans toute fois y mettre un terme définitivement , 2017 sans doute l’année du renouveau :’))

    1. Bonsoir,
      Nos vies prennent des tournants parfois très étranges, je ne sais jamais de quoi sera fait demain. Tu l’as bien compris, ce n’est pas un « au revoir » définitif, mais une pause d’un temps tout en restant en veille sur de nombreux sujets qui me tiennent à coeur.
      A bientôt.

  2. Eh, oui, le revers de la médaille dont, hélas si peu de gens en parlent. C’est comme les sodomies qui se terminent dans le vagin… Mais quel inconscient peut encore faire ça ?
    Bref, préservatif partout et finalement qui préfère quoi ? Faire toujours la même chose avec pleins de femmes différentes ou bien faire plein de choses différentes avec la même femme ?
    Merci de ce post.
    https://www.youtube.com/erospower

    1. Bonsoir,

      La sodomie qui dérape n’est pas uniquement le fait des libertins, c’est vrai aussi dans des couples vanilles, il ne faut pas non plus diaboliser ni généraliser les choses. Je crois qu’il ne s’agissait pas de mon propos 😉

      Chacun voit sa sexualité à sa manière, je ne suis personne pour juger s’il faut « Faire toujours la même chose avec pleins de femmes différentes ou bien faire plein de choses différentes avec la même femme ? ». Je donne mon opinion, pour ma propre vie sur un instant donné 😉

      A bientôt.

  3. Chère Flo,

    Nous vous remercions d’avoir traité le sujet MST/IST même celles qui sont un peu moins graves (mycoses et autres « joyeusetés »…). Il est vrai que de notre côté, même si nous avons envie de plus de pluralité, la question de l’hygiène et des IST nous freine pas mal dans nos élans.

    Pour nous 2017 a été l’année de l’ouverture de notre couple à d’autres partenaires, mais dans un cadre de « cocon hygiénique » (tests et fluid bonding avec 2 partenaires très proches). On verra ce que 2018 nous réserve….

    Votre texte est intéressant dans le fait de regarder ceci comme une étape dans la vie (personnelle et de couple).

    Nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d’année et espérons continuer de vous lire en 2018.

    1. Bonsoir,
      C’est une prise de risque que tous les libertins ou toutes les personnes à la sexualité libre prennent.
      Chacun mesure les risque à sa manière et à son échelle.
      Je vous souhaite de vous épanouir dans vos différentes relations 🙂

      A bientôt

  4. j’ai eu la même réaction au sujet des IST/MST quand je suis devenue maman. Moi ça me rend toujours très heureuse avec quelques amants que j’adore et qui se moquent de mes kilos en trop.
    Je peux comprendre ce changement de cycle dans ta vie. Mais si tu passes par Paris, ça me fera toujours plaisir de te voir car au delà de la libertine, tu es une personne que j’apprécie beaucoup. Plein de bisous à vous

    1. Bonjour Eve,
      Ta réponse me rassure, finalement, ma réaction n’est pas si démesurée que je ne pourrais le penser. C’est étrange parce que cette prise de conscience est vraiment récente. Je n’ai pas encore compris d’où elle venait et pourquoi je l’avais eu.
      Je suis contente si tu as gardé des amants sympas qui te prennent pour la femme extraordinaire que tu es 🙂
      Nous nous croiserons avec plaisir :), je ne dis pas définitivement « non » un jour, à un passage sur Paris 🙂

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *