Les débuts d’une relation D/s

Nous lisons énormément de livres de littérature érotiques, nous nous nourrissons de fantasmes et d’irréèl car nous aimons rêver aux vies des personnages auxquels nous nous identifions.
Quelle serait notre vie si nous étions à la place de Léa, serions-nous capables d’un don de nous total? Comment pourrions-nous vivre nos vies, notre quotidien, et notre relation SM? Notre imagination fourmille de sensations, de situations plus excitantes les unes que les autres.
Comme beaucoup d’entre vous, j’ai imaginé un monde parfait où je serai l’objet d’un Maitre. Au départ, il ne s’agissait que d’un Maitre et pas d’une Maitresse. Allez savoir pourquoi ?

Puis, arrive le moment ou vous rencontrez celui ou celle qui sera votre mentor pendant de longs mois, parfois de longues années ou quelques heures.
Ne croyez pas que tout est gagné car vous êtes une page vierge, votre relation est une page vierge. Vous ne connaissez pas encore votre mentor et cela vous prendra du temps. C’est une gymnastique de tous les jours, écouter répondre correctement, comprendre, apprendre, s’offrir, définir des limites, poser des questions, ne pas mentir, ne pas cacher, être franc même quand vous craignez de blesser.

Voici en quelques mots ce que j’ai pu ressentir au départ:

  • La première sensation qui m’a envahi fut le bonheur. Un sentiment de félicité intense.
  • Puis, une angoisse, je perdais ma liberté pour une autre forme de liberté que je ne connaissais pas encore. Or l’inconnu fait très peur.
  • Puis, le renoncement, jusque là, j’avais toujours eu le choix de faire ce que je voulais, et même si mes choix étaient mauvais, je prenais sur moi, je pleurais un peu et je finissais pas rebondir. Là, j’avais un garde fou énorme et surtout je ne réussissais pas à l’accepter. Il a fallu renoncer à certaines sorties qui me semblaient anodines et qui ne l’étaient finalement pas. Je me suis sentie enfermée dans une boite comme une balle qui frappe les bords de tous les côtés.
  • Puis accepter d’être punie, et oui, les soumis*es sont parfois punies ou doivent relever quelques gages au bon vouloir de leur mentor. Je ne suis pas une amoureuses des punitions, même si j’ai une fâcheuse tendance à tester la personne que j’ai en face de moi.
  • Enfin respecter un certain protocole qui sera défini en amont à deux. Ce gros mot du BDSM a un vrai sens. Il nous permet de nous situer ce qui n’est pas évident au départ. Il représente à la fois une barrière et une protection.
    • une barrière: Pour vous éviter de faire tout et n’importe quoi. Votre Dom n’est pas un chien de garde mais il vous indiquera ce qui est bon pour vous et parfois vous aidera à perdre quelques mauvaises habitudes du passé.
    • une protection: quand vous naviguez dans ce monde, vous rencontrez tout un tas de personnalités. Certaines plus ou moins abusives. Parfois, se rétracter derrière son Dominant ou sa Domina peut réellement nous sortir de situations fâcheuses.
  • Et surtout la fierté. Tout simplement la fierté d’appartenir à un autre être. Et ce n’est pas rien, c’est un peu porter l’étendard d’un pays. Le comportement général du soumis ou de la soumise est la vitrine de l’éducation et donc de son éducatrice. Autant dire, qu’il vaut mieux apprendre vite et bien. La responsabilité est de ce fait partagée entre les deux partis.

Ce que j’en retire:

Les Dominants/Dominas doivent faire preuve d’une grande dose de patience. Ils ne comptent pas leurs heures pour modeler leur soumis*es. Toute relation humaine comporte ses difficultés et une grande part de psychologie.
Je pense que nous ne prenons pas assez la mesure au départ de leur implication. Nous pensons subir, être frustrés alors qu’il s’agit de se jauger, de limiter les erreurs.
Nous ressentons de l’injustice alors qu’il s’agit le plus souvent de bienveillance.
Au final, nous ne savons pas ce que nous cherchons, nous voulons le beurre, l’argent du beurre et si possible le cul de la crémière. Ce qui nous amène finalement à tout perdre.
Dite vous bien, que je n’ai pas fait mieux que les autres.

Quelques conseils:

  • Prenez le temps de bien définir vos limites.
  • Expliquez que vous êtes novice si vous l’êtes, vos attentes, vos interrogations et votre mentor saura vous guider plus facilement.
  • Sachez que certains Dom sont plus protocolaires que d’autres donc posez les vraies questions concernant votre statut et votre liberté d’action.
  • Rappelez vous que ce qui vous semble être une injustice aujourd’hui, sera probablement beaucoup plus clair pour vous demain.
  • Evitez de jouer avec la patience de votre mentor, il pourrait vous en cuire plus que vous ne le pensez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.