Un bar, un rideau et toi.

L’histoire dont tu es le héros…

J’écris parfois mes fantasmes les plus fous, certainement pas les plus irréalisables ni les plus sales. Ces derniers restent blottis dans mon esprit et n’en sortent que très rarement.
Celui-ci est plus de l’ordre du possiblement réalisable. J’ai conversé régulièrement avec un jeune Dominant qui se demandait s’il préfèrerait une soumise ou une esclave sexuelle. J’avoue rapidement, que je ne suis pas la soumise idéale, en tout cas au début, et que je ne sais pas si je serais une bonne esclave sexuelle. Pourtant, je suis certaine d’une chose, le sexe fait partie à part entière de mes désirs de soumission.
J’aime m’offrir, j’aime en jouir d’une manière ou d’une autre qu’il s’agisse d’une jouissance cérébrale comme d’une jouissance physique.

Dans ce fantasme, je me situe dans un bar. Je suis venue te rejoindre ou te rencontrer, c’est encore assez vague. Mais, je suis très joyeuse et également très excitée. Nous avons longuement bavardé auparavant et je sais ce qui te plait chez une femme ou au moins ce que tu aimes dans sa tenue. Je viens donc à ta rencontre, fesses nues, une paire de bas pour couvrir mes jambes et une petite robe noire cintrée que j’affectionne énormément.
Nous rions, je prends un verre d’orangeade pendant que tu dégustes une bière et nous venons à nous frôler, puis à nous coller l’un à l’autre et finalement à nous embrasser.
À ce moment, je n’ai qu’une idée en tête, me glisser derrière le rideau noir que j’ai aperçu au fond du bar en ta compagnie. Je t’imagine à la fois surpris et très tendu. Le dos collé au mur, les mains glissant sur ma robe, la relevant doucement pour sentir la fraicheur de ma peau nue. Le brouhaha ambiant couvre facilement les soupirs impatients.
Je descends assurée, j’ouvre ton pantalon et prends immédiatement en bouche cette verge tendue qui s’offre à moi. Je sens alors tes doigts glissés dans ma chevelure qui accompagnent mes va-et-vient buccaux. Le rythme devient très rapidement insoutenable pour nous.

Deux fins d’offrent à toi lecteur:

Dans mon fantasme le plus ardent: tu t’enfonces résolument au fond de ma gorge, je happe aussi résolument ton gland qui force en alternance l’orée de mes lèves et le fond de ma bouche. C’est dans un râle étouffé que tu jouis en quelques minutes au plus profond de ma gorge, m’obligeant à avaler chaque goutte de sperme qui y coule puis à nettoyer ta verge encore turgescente.

Dans mon fantasme plus sensuel, tu jouis sur mon joli décolleté. Quelle idée d’avoir mis une robe noire, je ne m’en félicite pas. Toi, en revanche, tu es très amusé. Tu souris en m’observant: à la fois embarassée de devoir me présenter à la foule couverte de ton foutre, et mutine, parce que ces traces sont le témoignage d’une rencontre plus que sensuelle.

Quant à moi, Je suis humide, voire trempée, diablement excitée. Impossible de jouir à mon tour, tu ne me l’accordes pas. Je reste donc toute la soirée sur ma frustration. Électrique dès que tu me frôles. Impatiente, j’attends que nous rentrions pour exploser à mon tour et cette fois, que tu me l’accordes ou pas !



1 commentaire sur “Un bar, un rideau et toi.”

  1. J’opte pour le fantasme ardent.
    Une fois tous deux sortis de derrière le rideau, rien ne transparait aux yeux des gens autour : un vrai secret entre vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.